• EDITO « SPECIAL MORT DU SPORT DE HAUT NIVEAU » :


- Colère, dégoût, honte !?!

Je suis partagé entre ces sentiments, mêlés à d’autres, après l’annonce faite lors de la toute récente assemblée générale de la Fédération Sportive de la Police Nationale du 9 avril dernier. Sa présidente Mme. Brigitte JULLIEN y a en effet déclaré : « Le sport d’élite n’a plus lieu d’être au sein de la F.S.P.N. ! » (sic). Oui, vous avez bien lu. Terminé le haut niveau, finies nos équipes nationales, annulées les compétitions internationales, au placard nos sportifs de renom.

Je suis triste pour ceux qui ont sué sang et eau pour représenter la police sur les podiums de notre hexagone et du monde entier. J’enrage pour nos chers disparus, Claude SAGNA, Gérard TANCREZ, Jean-Claude LELARGE, et tant d’autres, qui avaient le tricolore rivé au cœur et défendaient fièrement notre institution lors de joutes planétaires. Je suis accablé pour mes prédécesseurs Michel PICHOT et Jean-Pierre BAYER qui m’avaient transmis un flambeau étincelant dont je me suis toujours efforcé d’entretenir la flamme, Michel GLAVIEUX puis Thierry MAYEUR à mes côtés, et beaucoup d’entre vous également.

J’ai mal à ma police dont les représentants au maillot frappé du coq rapportaient des médailles du plus beau des métaux. Sans vouloir jouer les ZOLA, « J’accuse » nos dirigeants, politiques et sportifs, d’avoir saboté soixante-treize années de travail, d’abnégation et de succès.

Dès lors, il va leur falloir changer la page d’accueil du site internet qui étale à sa une sa collaboration avec le C.N.O.S.F. et s’enorgueillit de « compter dans ses rangs un grand nombre d’athlètes de valeur internationale » (re-sic). Des hommes de bien tels que Messieurs BALLANGER, GONDEL, GRUWEZ, PECHE, MARTINEZ, DEMOEN, HAVRIN, tous éminents défenseurs des valeurs du sport policier et de ses bienfaits, avaient, quant à eux, bien compris tout le profit que notre délicate profession devait tirer des leviers actionnés par nos élites sportives auprès de notre société et de sa population.

Il semble bien, hélas, que les temps aient changé ! Certes, la conjoncture sociétale de ces dernières années et ses conséquences économiques avaient laissé pressentir les difficultés auxquelles la pratique du sport dans la police était confrontée. Certes, nos ministres de tutelle successifs, même s’ils continuaient, comme leurs prédécesseurs, à « serrer fièrement quelques louches » de sportifs victorieux et à poser triomphalement devant les caméras en compagnie de policiers sortis médaillés de stades et autres gymnases des fins fonds de tous les continents, n’avaient pas manqué de tailler dans les budgets et de réduire les facilités d’entraînement. Certes, le rapprochement entre nos « flics » et « Monsieur Tout le Monde » ne passait plus par nos illustres représentants sportifs et les liens qu’ils avaient patiemment su tisser avec le « péquin » lambda. Il y avait pourtant encore quelques élus de pas mal de communes de notre belle France pour accueillir nos sélections nationales et ainsi prôner un rapprochement entre police et population que les plus coûteuses « boîtes de communication » avaient échoué à faire fructifier.

Il y a toujours l’ancestrale « U.S.P.E. » qui tente de pérenniser ses championnats entre les plus doués des sportifs-policiers des nations de notre vieux continent. La France va, dès lors, pouvoir faire l’économie d’une adhésion à cette bonne vieille entité. Elle va surtout rapidement se tourner vers le sport « au ticket » et retrouver la « presque consanguinité » d’une pratique locale pour des « keufs » de base luttant contre leur tendance à l’embonpoint (LOL).

Mme. JULLIEN, certainement « aux ordres » de « bien-pensants », ou « mal conseillée », vient de trahir ce pour quoi elle avait été élue récemment à cette présidence. Elle aura hélas (pour elle !?) également oublié son parcours personnel et le fait que son défunt compagnon commandait jadis la « Compagnie Sportive », fleuron de l’E.N.P. PARIS qui aura élevé en son sein les plus belles pépites du sport bleu-blanc-rouge, les VERVOORT, SARTEUR, LE FLOHIC, MORELON, TRENTIN, GUIFROY et autres PRIANON (j’en passe et d’aussi remarquables !).

Elle vient de balayer d’un revers de main les titres olympiques et mondiaux des Franck DUMOULIN ou Thierry MASCI (et j’en oublie !) qui faisaient la fierté de leurs « collègues » et persistent à valoriser notre corporation par leurs lauriers. Alors, voilà, les conventions signées entre la F.S.P.F. d’hier et le Ministère des Sports (pour ce qu’il en reste…), tout comme avec bon nombre de ses fédérations affinitaires, ne seront plus que de simples papiers parcheminés qui ne serviront plus la cause du sport en général et celle de la police en particulier.

Quel gâchis !!!

Dommage, mais « Errare Humanum Est », n’est-il pas ? …


Votre président, ex-DTN Hand et responsable des 25 équipes de France-Police d’antan.
Le 20.04.2020

A bientôt . . .